Comment soigner la molette cheval ?

2 août 2016

Parmi les disciplines sportives les plus pratiquées en France, l’équitation se place au troisième rang. Jamais les français n’ont été aussi cavaliers. Petits et grands s’y mettent. Si pour un certain nombre de cavaliers, l’équitation est un moment d’évasion et de détente, pour d’autres, c’est une passion et un moment de partage entre le cavalier et son cheval. L’équitation est une activité sportive qui, quand elle est prise au sérieux, implique des contraintes. En effet, la pratique de l’équitation ne se cantonne pas seulement à monter sur le dos du cheval. Il faut aussi consacrer du temps pour s’occuper de notre ami équidé : le nourrir, le nettoyer et surtout pendre soin de sa santé. Ce n’est pas parce que le cheval est grand, lourd et robuste qu’il ne faut pas prendre soin de lui. Bien qu’impressionnant, cet animal est sensible à différentes maladies, parmi cela la molette de cheval.

C’est quoi la molette cheval ?

La molette de cheval est une tare molle, plus exactement une boule de synovie. Les tares molles sont des grosseurs plus ou moins importantes dues à la production excessive de liquide synovial au niveau des articulations osseuses ou des tendons, ce qui provoque l’extension d’une poche synoviale. La synovie est en effet un lubrifiant naturel permettant de réduire les frottements des os, des ligaments ou des tendons entre eux. Lorsqu’il y a beaucoup de frottements, il y aura aussi plus de synovie. La tare molle peut toucher les articulations, les tendons ou autre partie du corps du cheval. Selon sa localisation et sa nature, elle peut compromettre la carrière du cheval ou sans danger pour la vie de l’animal. On distingue deux types principaux de tares molles :

• Les molettes
• Les vessigons

On parle de molette de cheval lorsque l’inflammation est située sur le boulet ou en dessous dans le creux du paturon. Il s’agit cependant d’un vessigon lorsque la dilatation est située sur le genou, le jarret ou le grasset du cheval. Les deux désignent donc la même infection, mais à des endroits différents.

Quels sont les causes des molettes et des vessigons

Les molettes du cheval et les vessigons sont causés par la dilatation des poches synoviales. Ils sont dus à une inflammation de l’articulation ou du tendon, généralement provoquée par la production anormale de liquide synovial. Les tares molles articulaires apparaissent le plus souvent chez les chevaux subissant un entraînement trop intensif sur un terrain trop dur. Les tares molles tendineuses, quant à elles, peuvent être provoquées par une fatigue, un traumatisme, une infection ou un travail excessif sur un terrain non adapté. Les molettes et les vessigons affectant l’articulation ont en général une forme arrondie et souvent situés sur les articulations très sollicitées lors d’un effort, comme le boulet, le jarret… Les tares molles tendineuses prennent souvent une forme arrondie. Les molettes et les vessigons n’entraînent pas de boiterie.

Quel traitement adopter ?

Pour les tares molles articulaires dues à une dégradation des cartilages osseux, la mise au repos est indispensable. Il faut cependant utiliser des astringents, comme de l’eau blanche, de l’argile ou de la poudre armoricaine, associés aux bandes de repos pour soigner les tares molles tendineuses. Attention, ce n’est pas une tare molle si la grosseur durcit, devient chaude, saigne ou augmente brusquement de volume. Dans ces cas, il faut consulter un vétérinaire rapidement. Vous pouvez trouver sur le site Breedershop.com une gamme de produits de soins pour le cheval, comme des produits pour le soutien articulaire, une seringue de gavage…

Click here to add a comment

Leave a comment: