Un poulailler en ville, est-ce envisageable ?

26 juin 2020

L’aviculture est une activité accessible à tout le monde, que ce soit par passion ou pour le côté lucratif. De nombreuses personnes hésitent à se lancer étant donné qu’ils ne disposent d’un espace qu’en milieu urbain. Aujourd’hui, nous allons voir ce qu’il en est de la faisabilité de l’installation d’un poulailler en ville.

poules

La législation sur l’élevage de poulets en ville

En principe, il est tout à fait possible d’installer une basse-cour dans un jardin en ville. Pour cela, vous pouvez obtenir toutes les informations sur Poulailler.org.

Dès le moment où il ne s’agit que d’une installation familiale, il n’y a aucun besoin de faire une déclaration auprès de la mairie.

Cependant, si le poulailler a une surface supérieure à 20 m². Ou si son plafond a une hauteur de plus de 180 cm. Il faut avoir une autorisation auprès de la mairie. De plus, il faudra également s’acquitter d’une taxe d’aménagement.

Au-delà de 50 volailles, vous sortez du cadre de l’élevage familial. Vous êtes alors dans l’obligation de faire une déclaration auprès de la Commune pour continuer l’élevage. En plus de cela, vous changez de statut pour devenir un agriculteur.

Par ailleurs, dans certains lotissements urbains, il est interdit d’installer un poulailler de plus de 50 poules. De ce fait, il est préférable d’opter pour l’élevage à petite échelle lorsque vous vous trouvez en ville.

poules

Les règles à suivre

Comme nous l’avons vu plus haut, il est tout à fait possible d’installer un poulailler en ville. Cependant, comme l’aviculture est un élevage peu commun en milieu urbain, il y a certaines choses à faire vis-à-vis du voisinage.

Tout d’abord, la moindre des choses est de prévenir vos voisins de l’installation d’un poulailler à la maison. Bien qu’aucune loi ne l’y oblige, prévenir les personnes aux alentours est une marque de respect. Ceci dans le but de maintenir de bonnes relations de voisinage.

Comme les poules sont des animaux de compagnie comme les autres, il faut aussi en prendre soin. S’en occuper signifie leur donner à manger et à boire et les laver de temps à autre.

Comme vous le savez, l’aviculture laisse des odeurs assez fortes. Pour éviter que les voisins aient à les supporter. Il faut laisser un espace minimum de 30 m entre le poulailler et la clôture de séparation des habitations.

En plus de cela, il faut entretenir le poulailler régulièrement, à raison de 2 fois par mois. Le nettoyage complet comprend également le déparasitage afin d’éviter que les parasites arrivent chez les voisins.

Ensuite, il ne faut surtout pas oublier de mettre un enclos autour du poulailler.

D’une part, cela permet d’éviter que les poules s’échappent. D’autre part, cela les protège de leurs prédateurs naturels. La présence de renards en milieu urbain est assez rare. Mais les gallinacés peuvent toujours être menacés par les chats et les chiens.

coq et poule

L’erreur à éviter

Dans une basse-cour composée exclusivement de gallinacés, la présence d’un coq est assez bénéfique.

En effet, il évite que les poules se battent trop souvent. De plus, les poules deviennent plus productives quand un coq est présent. Mais en milieu urbain, il est déconseillé de mettre un coq dans son élevage.

En effet, comme les habitations sont assez rapprochées, son chant matinal risque de déranger les autres. Et même causer des conflits de voisinage.

Click here to add a comment

Leave a comment: